Isla Roots hostel, escapade sur la jolie archipel de San Bernado en Colombie !

Mes voyages

Ah si seulement je pouvais m’y téléporter là maintenant… dans cet endroit si doux et paradisiaque !

Je n’en avais jamais entendu parler auparavant, je n’aurais jamais cru que cela existait… Et que surtout cet endroit me serait accessible.

J’ai atterri en Colombie avec un seul objectif : profiter de l’ambiance caribéenne, des plages d’eaux turquoises, des cocotiers et des cocktails ! Parfois, je me demande pourquoi j’avais choisi l’Argentine comme point de départ de mon voyage solo, alors que ce que j’aime, c’est tous ces éléments.

L’Argentine est un chouette pays, mais c’est une autre ambiance, et là-bas, il peut faire viiiiite froid…

Ce qui me fait vibrer c’est donc ça : la plage, le sable fin limite blanc, l’eau turquoise, l’été toute l’année, les fruits exotiques… et le summum ? Cet hôtel… au milieu de l’eau !

Oui, au milieu de l’eau… Juste une auberge de jeunesse, sa plage privée et moi (ou presque !).

Après 2 ans à parcourir le monde seule en sac à dos, pour découvrir une autre manière de vivre et de faire, j’ai eu envie de montrer aux femmes que voyager solo est à la portée de toutes. 

Top 3 articles

1/ Prof, pourquoi Medellín ?
2/ le jour où j’ai décidé de partir seule
3/ Le fil rouge de mi vida loca

Et juste à côté de cet hostel ? UN AUTRE hostel ! (qui en fait a été créé bien avant) ; Casa en el agua, où l’on ne trouve ici qu’une grande maison sur l’eau… Et sa réputation n’est plus à faire ! Réservez bien à l’avance pour avoir votre place, car tout le monde plébiscite ce lieu ! Et c’est d’ailleurs grâce à quelques voyageurs rencontrés en chemin que j’ai découvert son existence… sinon je serais passé à côté de cet endroit MAGIQUE !

Alors, vous préférez lequel ? En vrai les deux sont top ! Disons que Isla roots a l’avantage d’avoir sa plage privée, et l’autre, c’est encore plus impressionnant, car ce n’est qu’un morceau de bois ! On n’y a pas dormi sur celui-là, mais on y a passé une après-midi à siroter des cocktails au bar et/ou plutôt dans l’eau… (désolé, ma photo n’est pas aussi bien retouchée que les autres, mais je vous assure, l’eau est bien bleue/verte !).

Les + d’ Isla Roots Hostel : c’est sa plage privée rien que pour les occupants avec son petit bar pour faire la fête au coucher du soleil, des hamacs à volonté, de quoi t’éclater en faisant des sports aquatiques. Et ce que j’ai vraiment adoré… c’est l’escapade de nuit pour aller observer le plancton (l’eau brille la nuit ouiii ) !

Et sinon C’EST Où ? Je veux y aller ! Oui oui je vous dis tout… ou presque.

Ces hostels se trouvent tout simplement sur l’archipel de San Bernardo en Colombie ! Ma petite astuce pour s’y rendre et de partir depuis Santiago de Tolú (au lieu de Carthagène).

De nombreux bus vous y amène depuis les grandes villes de Colombie (depuis Medellín, comptez 8 h de bus, oui oui les distances sont longues, mais on prend l’habitude je vous assure ! et puis c’est pas cher…). Pourquoi depuis Tolu ? Tout simplement parce que vous n’aurez qu’1 h de bateau (au lieu de 2 depuis Carthagène) et du coup le trajet vous coûtera beaucoup moins cher. Donc pour ceux qui ont le mal de mer… c’est par ici !

En général, pour vous rendre sur l’archipel de San Bernardo, les agences de Tolú vous propose des packages excursions :

1) Stop à Islote, village de pêcheur où vous pourrez nager dans un bassin avec un requin…

2) Stop à Mucura avec un repas inclus pour apprécier ses couleurs émeraude et sa tranquillité.

3) Stop à votre hostel

4) Le retour quand vous voulez, à condition qu’ils ne vous oublient pas… (oui, j’explique l’anecdote bientôt x)).

Ainsi, réservez votre nuit à Tolu et votre bateau pour partir le lendemain dès 8 h ! Votre hôtel vous donnera des adresses d’agences (je ne vous conseillerai surement pas la mienne, car le RETOUR fut très épique… Je vous explique pourquoi après).

Alors avec Élodie, ma covoyageuse rencontrée au Pérou, c’est tout naturellement que nous avons décidé de passer quatre nuits à Isla Roots Hostel. Au programme : farniente, soirées festives, découverte du plancton de nuit, escapade à isla Mucura et Islote, petit village de pêcheur.

Et ci-dessus MUCURA et isla Roots Hostel. N’est-ce pas le PARADIS ? Mon vrai coup de cœur… tellement j’ai adoré que j’y suis retournée 1 an plus tard avec mes amis colombiens de Medellín !

Je ne peux que vous recommander d’y aller… Ambiance chaleureuse et festive assurée ! Vous trouverez aussi bien un hébergement sur Isla roots hostel, Casa en el agua ou bien sur l’île de Mucura. OH et aussi… le propriétaire d’Isla roots hostel a un autre hébergement très très atypique… Mistica island, j’ai même eu le privilège de les aider à trouver le nom ! Ils étaient en plein brainstorming… Je n’ai pas eu l’occasion d’y aller, mais il est sur ma liste ! (cf. les photos sur leur compte instagram, c’est juste magique !).

Pour info, on m’avait proposé de faire du volontariat à Isla roots hostel en échange du logis. Mais San Andres m’attendait ! (encore encore plus beau !, mais bon tout est beau en Colombie !).

Et donc LE RETOUR ? Nous avions ainsi prévenu l’agence du bateau que nous voulions qu’il nous récupère telle date, tel lieu ; c’était rendez-vous tel jour à 15 h à Casa en el Agua. Nous avions signé le papier et avions donc la preuve avec nous. On se prélasse, on boit nos cocktails, on ne s’inquiète pas… Sauf qu’on ne voit toujours aucun bateau. On se dit, c’est surement normal, on est en Amérique latine, ils prennent leur temps ! À part qu’Élodie avait un vol de prévu le lendemain matin, on avait besoin de ce bateau. Surtout que se promener en mer après 15 h est très déconseillé… La mer peut vite devenir agitée. On finit par tenter d’appeler l’agence, mais en vain…. Ben oui, sur une île, on ne capte pas ! Heureusement le gérant de l’hostel a un peu plus de matos que nous… mais le contact est difficile. On finit par apprendre que le Mr de l’agence nous a Oubliées ! Mais nous il nous faut impérativement un bateau… Élodie a son avion !

Après 2 ans à parcourir le monde seule en sac à dos, pour découvrir une autre manière de vivre et de faire, j’ai eu envie de montrer aux femmes que voyager solo est à la portée de toutes. 

Top 3 articles

1/ Prof, pourquoi Medellin ?
2/ le jour où j’ai décidé de partir seule
3/ Le fil rouge de mi vida loca

On négocie tant bien que mal, mais le gars ne veut pas nous envoyer de bateau, pour lui, c’est trop tard, pas de bateau, c’est dangereux, etc. Sauf qu’Élodie ne s’est pas laissée faire, sa double nationalité latine lui a permis de bien négocier au téléphone. 1 h plus tard finalement un bateau arrive… Une barque et deux matelots ; Oui, une barque, deux matelots, nous et nos deux gros sacs. Allons-nous couler ? Nous avions prévu la bière, histoire de ne pas stresser. Je me demandais… et si on chavire, y a-t-il des requins en dessous ? Ça tanguait quand même pas mal, on n’était pas très rassurées…

On arrive tout de même saines et sauves, et la police qui nous attendait à l’arrivée… On apprend alors qu’il est formellement interdit de transporter des touristes sur un bateau de pêcheur pour une telle distance ! Heureusement, nous ne sommes pas en faute, mais l’agence oui. On se fait tout de même rembourser le trajet du retour, et on remercie infiniment nos deux matelots !

Nous voilà donc de retour à Tolu, direction le bus pour aller à Carthagène et attraper l’avion d’Élodie, pendant que moi, je continuerai ma route de mon côté. Au Revoir Élodie, en espérant que nos chemins se recroise un jour ou l’autre ; une compagnon de voyage comme on les aime avec un cœur en OR !

Une aventure épique, un séjour INOUBLIABLE !

Signé @melsolotravel

Nouvelle ici ?

Et si tu commençais par ces articles-là :

Je me souviens de ce jour-là. C’était une magnifique journée, je venais de passer la journée aux chutes d’Iguaçu…

Mes étudiants me répètent sans cesse cette question. Pourquoi la Colombie, pourquoi ici ?

À la sortie du bac, on se pose tous la question : quel métier ais-je envie de faire ?