Le jour où j’ai décidé de voyager seule

Voyager seule

Je me souviens de ce jour-là. C’était une magnifique journée, je venais de passer la journée aux chutes d’Iguaçu entre l’Argentine et le Brésil. J’ai ressenti une joie intense, à croire que la puissance des célèbres chutes d’eau m’a ouvert les yeux. Je regardais mon amie et je lui disais, et si je quittais tout ? Et si je quittais mon travail, mon appartement… et si je partais voyager seule 1 an en Amérique du Sud ? C’était un pari dingue que je me fis à ce moment-là. Mais l’envie était bien ici, j’avais envie de réaliser cette idée incongrue. J’avais envie de repartir à l’aventure, de faire un grand voyage solo !

À peine rentrée de cet incroyable tour du Brésil de 3 semaines, j’ai commencé à réfléchir sérieusement à cette idée de partir voyager seule. Oui, partir en solitaire, partir loin et ne dépendre que de moi-même.

Après 2 ans à parcourir le monde seule en sac à dos, pour découvrir une autre manière de vivre et de faire, j’ai eu envie de montrer aux femmes que voyager solo est à la portée de toutes. 

Top 3 articles

1/ Prof, pourquoi Medellín ?
2/ le jour où j’ai décidé de partir seule
3/ Le fil rouge de mi vida loca

Je commençais à m’ennuyer dans mon job, et depuis mon voyage en Australie en 2010, je ne pensais qu’à repartir à l’aventure. Et cette fois, je me sentais plus que jamais prête… Quit your job, buy a ticket, get a tan… Vous connaissez cette fameuse phrase ? Eh bien, j’avais envie de la rendre réelle moi aussi ! Alors, il faut savoir, j’ai beaucoup réfléchi quant à la destination. Serait-ce réellement l’Amérique latine ou bien l’Espagne qui est plus près, partir au Club Med dans un pays exotique, retourner en Australie… et puis j’ai posé toutes mes idées sur un papier et cela a fait tilt…

Et si j’allais apprendre l’espagnol en Argentine !? Et par la même occasion apprendre à danser le tango. Car oui, je suis aussi passionnée de danse !

Alors oui, voyager seule en Amérique latine, cela donne quelques frissons. On se pose tout un tas de questions. Et puis tout le monde autour de toi commence à te dire que c’est dangereux, que ce soit ta famille, tes amis proches ou même ton kiné. De quoi te rendre parano…. Alors un conseil, n’écoutez personne sinon que vous-même ou bien les voyageurs qui y sont allés ! qui eux auront un vrai jugement haha…

Mais vagabonder seule était pour moi une opportunité d’apprendre à me connaître. En réalité, cela faisait déjà plusieurs mois que j’apprenais à faire des choses seules, comme prendre un café seule en terrasse, aller à des cours de danse seule, aller a des soirées sans forcément être accompagnée d’une amie. Ou bien faire les magasins toute seule, assister à un concert seule… des petites choses, mais qu’avant, j’étais incapable de faire. Car souvent, on s’empêche de faire des choses parce qu’on a peur de cette solitude, mais que vont penser les gens de moi!? se répète-t-on en boucle… Et du coup, on rate plein de choses.

Je vais vous donner un exemple. J’avais très envie d’aller voir Norah Jones en concert à Bordeaux, j’ai du coup proposé à des amis, mais personne ne pouvait pour mille et une raisons… J’aurais dû alors me priver d’aller la voir sous prétexte que j’étais seule ? De toute façon, on ne parle pas pendant un concert, alors j’ai pris ma place et j’ai assisté à un super show, c’était génial ! En fait, quand on pense à soi et qu’on dépend de personne, on découvre la liberté. C’est une force d’oser faire des choses seule.

C’est pourquoi ce voyage solo était pour moi une façon de me prouver à moi-même que j’étais capable d’aller plus loin. Et surtout, j’avais envie de faire ce voyage pour moi, de décider chaque jour que faire sans dépendre de personne. J’avais envie de prendre le temps de m’écouter. Oui, ça me faisait flipper de voyager seule, je ne vous le cache pas, mais un jour, on m’a dit que derrière les peurs se cachent des zones de génie… Que derrière chaque peur se trouve des opportunités. Et puis au pire des cas, si cela se passe mal, je peux toujours revenir.

J’avais acheté un billet aller-retour modifiable au cas où… Je m’étais donnée 6 mois, avec la possibilité de rajouter 6 mois de plus. Quand j’y pense en fait de savoir que j’avais un billet retour m’empêchait de profiter pleinement de mon voyage.

Car cela voulait dire que je me limitais dans un temps précis… Sauf que dans ce voyage solo, je ne voulais aucune limite. Et puis de toute façon, je n’ai jamais pris l’avion du retour. Ce jour-là, j’étais sur une plage en Équateur ! (genre la nana quoi…)(histoire dans un prochain épisode).

Alors, j’ai parcouru de nombreux blogs et lu beaucoup d’articles sur le fait de partir seule. Comme vous en ce moment… Ben oui, cela rassure, on a envie de se sentir prête, qu’on puisse se lancer sans danger, n’est-ce pas ?

Et puis vous savez, je vais vous dire une chose… quand on voyage seule, on est jamais seule. Euh, comment c’est possible, qu’est-ce qu’elle nous raconte celle-là ! Oui, je vous assure…

En général, quand tu voyages en sac à dos, quand tu es une vraie backpackeuse, la première chose que tu fais, c’est réservé une chambre dans une auberge de jeunesse, c’est souvent moins cher qu’un hôtel… Et en tant que voyageuse, tu es là pour économiser le plus possible !

Et lorsque tu débarques dans les auberges et bien, tu te rends compte que tout le monde voyage en solitaire… mais genre tout le monde à 20 pourcent près. Ce n’est pas ouf ça ? Et le plus drôle, c’est que ces backpackers, ils ont, eux aussi, quitté leur taff et tout le tralala de la vie quotidienne… En fait, tout le monde est dans le même état d’esprit que toi et ça crée des rencontres incroyables… donc OUI, lance-toi, tu vas vivre une aventure extraordinaire!!

@MelSoloTravel

Nouvelle ici ?

Et si tu commençais par ces articles là :

Je me souviens de ce jour-là. C’était une magnifique journée, je venais de passer la journée aux chutes d’Iguaçu…

Mes étudiants me répètent sans cesse cette question. Pourquoi la Colombie, pourquoi ici ?

À la sortie du bac, on se pose tous la question : quel métier ais-je envie de faire ?